À la découverte du Punch Needle avec le kit floral Graine Créative

Nous entamons la 6ème semaine de confinement et je dois avouer qu’être en chômage partiel (au lieu de faire du télétravail) est un vrai luxe – même si le salaire est réduit. Je prends le temps de renouer avec des loisirs que j’avais laissé de côté comme la couture que j’avais abandonné mais que j’ai repris pour réaliser des masques de protection. Et dernièrement, j’ai pu prendre le temps de découvrir un nouvel art du fil que je n’avais jamais testé le Punch needle.

Il y a quelques mois, j’avais eu la chance de recevoir en cadeau le kit floral Punch Needle par La Petite Épicerie lors de la soirée d’ouverture de la boutique située à Chaussée D’Antin (Paris). Malheureusement par manque de temps ou dans l’idée de rester dans ma zone de confort, j’ai laissé le kit patienter tranquillement dans mon atelier avant de le sortir la semaine dernière ! 

Le kit comprend quasiment tout ce qu’il faut pour réaliser ton premier tambour décoré : aiguille à punch needle, de la toile, un cerceau en bois, de la laine et les explications et le motif à réaliser. Tout ce qu’il manque est le stylo effaçable mais je me suis débrouillée avec un stylo Frixion qui fait très bien l’affaire et dont l’encre s’efface au lavage ou sous le passage du fer à repasser.

La préparation

Pour commencer, il faut placer la toile entre les 2 cerceaux de bois et resserrer le tout pour que la toile soit bien tendue. Ensuite, il faut reproduire le motif sur la toile et pour ce, j’ai découpé le motif pour le placer derrière la toile et j’ai placé le tout au dessus une source de lumière (ma lampe de bureau) pour voir apparaître le motif sous la toile avant de le recopier.

Premières impressions sur la technique de Punch needle

Pour ce tout premier essai à cette technique, je trouve que le punch needle est assez facile au final et c’est super facile de se rattraper en cas d’erreur puisqu’il suffit de tirer sur le fil, un peu comme au crochet, et de recommencer. Au départ, j’ai été un peu hésitante et les espacements ne sont pas hyper réguliers mais ça vient assez vite. J’ai commencé par la fleur aux pétales bleues, de bas en haut et si les intervalles ne sont pas parfaits au départ, je trouve que je me suis améliorée au fur et à mesure de l’ouvrage.

Ici l’ouvrage n’est pas tout à fait terminé parce que j’ai encore de la laine blanche pour remplir les contours mais ça ne saurait tarder !

Quel matériel pour débuter au punch needle ?

Pour débuter au punch needle, il faut :

1 aiguille Punch needle : il y en a de toutes sortes, en bois ou même en plastique. Il faut retenir 2 caractéristiques  : la taille pour l’épaisseur du fil (à broder ou de laine) et si elle est fixe ou réglable (pour la longueur des boucles)

De la toile : qui sera différente selon la taille de l’aiguille et l’épaisseur du fil. Pour une aiguille large, il faudra une toile au tissage lâche pour permettre à l’aiguille de la traverser sans endommager le tissu. Pour une aiguille plus fine, on peut utiliser un tissu au tissage plus serré mais idéalement pas trop extensible.

Un cerceau en bois ou un tambour à broder : qui permet de tendre la toile, et laisser l’aiguille de traverser le tissu proprement

Du fil : A priori tout fil peut être utilisé tant qu’il est adapté à l’aiguille et à la toile

Si l’ouvrage est susceptible d’être en contact plus ou moins répété (vêtement, coussin, etc), il est fortement conseillé de fixer l’ouvrage avec de la toile thermocollante ou de la colle à textile pour éviter que tout ne se défasse au moins accrochage.

Est-ce que Punch needler est relaxant ?

Quand j’ai posté mon avancée sur Instagram, on m’a demandé à plusieurs reprises si c’est une pratique relaxante et si je la conseille ? 

Alors je dois avouer que pour ma première session, je n’étais pas vraiment détendue : certainement la concentration de la débutante. Mais en tous cas, même si je n’étais pas des plus relax, j’ai pris beaucoup de plaisir à construire ce tableau.

Comme au crochet, il n’y a pas de prise de tête et comme je le disais, c’est tellement facile de se rattraper en cas de loupé qu’on peut se lancer sans appréhension. 

Contrairement au tricot, je ne peux pas dire qu’on peut le faire partout et en toute position. Personnellement, j’ai trouvé plus facile, voire nécessaire de prendre appui sur une table pour « puncher » dans la toile et pour éviter d’être complètement courbé sur l’ouvrage.

Facebook Twitter Email
 
Laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec*